Jérôme Dupeyrat
« tant les jardins que les bibliothèques »
résidence de recherche
printemps 2019

Jérôme Dupeyrat est né en 1984. Ses activités, souvent menées dans un cadre collectif [<o> future <o>, L’agence du doute, La Bibliothèque grise, trois_a, etc.], incluent la critique d’art, la recherche, l’enseignement [isdaT beaux-arts, Toulouse], l’édition, le commissariat d’exposition, ainsi que la participation à des projets artistiques. Ses publications dans des revues, des monographies, des catalogues ou des actes de colloques, portent notamment sur les publications d’artistes – auxquelles il a consacré une thèse de doctorat en 2012 [Université de Rennes 2] et un livre d’entretiens en 2017 aux éditions Incertain Sens – et plus largement sur les liens entre art, image(s), édition et média(s).

A l’invitation du DomaineM, le chercheur Jérôme Dupeyrat a effectué une session de recherche, en avril 2019, au sein du Boudoir contemporain art.image.document.lecture et des bibliothèques du DomaineM. Sa réflexion sur une allégorie entre les bibliothèques et les jardins a fait l’objet d’une publication, Paysages-papier, venant compléter le CAHIERS/ n°17 « avec Jérôme Dupeyrat », ainsi que d’une affiche couleurs intitulée : « Traje(c)t(oire)s d’un ensemble d’images (matérielles ou mentales) entre bibliothèque(s) et jardin(s) ». Ces contributions ont été présentées le 15 juin 2019, lors de l’inauguration de ce nouveau fonds documentaire, à l’occasion du vernissage de l’exposition « La percée des images ».

« Quels jardins ? Quels paysages ? Et quelles bibliothèques ? Se déplacer, progresser, se promener, errer… sur des sommets ou au bord de routes linéaires, parmi des amoncellements de livres ou le long de rayonnages. Parcourir, arpenter, dévorer… les chemins ou les pages. Les reliefs et la variation des formats des livres. Les strates géologiques et les empilements d’imprimés. La ligne d’horizon et la crête des ouvrages alignés les uns contre les autres. Les jardins et les bibliothèques domestiques. Les jardins d’agrément et les bibliothèques de loisirs. Les jardins potager et les bibliothèques de travail. Les jardins botaniques et les bibliothèques d’étude. Les jardins à l’anglaise, à la japonaise, à la française, et les bibliothèques sans classement ou classées par ordre alphabétique, par genre, par taille des ouvrages ou selon leur ordre d’acquisition. Etc ».                                            Jérôme Dupeyrat, Paysages-papier [2/3], 2019